Catégories
People

MHD accusé de meurtre : la sentence est tombée…

Le rappeur MHD va rester derrière les barreaux. En effet, soupçonné de meurtre d’un jeune homme en juillet dernier, les enquêteurs ont mis à jour de nouveaux indices qui suggèrent la présence du rappeur sur les lieux du crime.

MHD confondu par un survêtement…

Pour mémoire, au cœur de l’été, un jeune de 23 ans avait succombé à un passage à tabac et à une blessure à l’arme blanche rue Saint-Maur, dans le Xème arrondissement de Paris.

Plusieurs jeunes du 19e étaient descendus sur le 10e en mode ‘opération punitive’

avait alors relaté une source proche du dossier.

Or, la berline du rappeur MHD avait été retrouvée brûlée le lendemain. Celle-ci aurait également servi de voiture-bélier pour foncer sur la bande rivale, avant qu’un des individus attaqués ne soit roué de coups de poing et poignardé à mort. Pourtant dès sa mise en examen l’avocate du rappeur, Me Arfi, avait fait savoir dans un communiqué que celui-ci contestait « toute implication dans cette rixe, sa présence sur le lieu des faits n’étant pas avérée ».

Néanmoins, il semble que MHD ait été trahi par ses vêtements. En effet, Le Parisien indique « qu’un des hommes filmés en train de frapper la victime arborait cette nuit-là un survêtement de marque Puma, non commercialisé ».

Cette tenue sombre est réservée aux ‘ambassadeurs’ de la marque, cercle restreint dont fait partie MHD.

Apprend-on.

Une élément troublant supplémentaire dont s’est défendu le chanteur devant les enquêteurs :

Je reçois plusieurs colis de vêtements chaque semaine et ça m’arrive de distribuer aux gens. J’ouvre mon coffre, soit c’est moi qui donne, soit les gens se servent directement.

… et sa coupe de cheveux

En outre, Le Parisien explique que les enquêteurs s’intéressent également à ses cheveux :  courts teints en blond platine. Une coupe que le chanteur arborait lors d’un concert trois jours seulement avant l’agression. Et, elle serait parfaitement visible sur les images du drame.

Au côté du rappeur, quatre personnes ont été mises en examen dans cette affaire. Parmi eux, un homme de 19 ans. Celui-ci avait été victime de menaces et d’une intrusion à son domicile par la même bande rivale. Et ce, quelques heures avant l’homicide de la rue Saint-Maur.